Même si la France est en retard par rapport à d'autres pays européens (Angleterre, Allemagne, Pays-Bas, etc), il paraît inéluctable qu'OpenStreetMap deviendra, là aussi, la base cartographique de référence, exactement de la même manière que Wikipedia a pris le pas sur les autres encyclopédies. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder ses courbes de croissance.

Cela dit, OpenStreetMap est orienté cartographie et non pas annuaire. La question se pose alors de savoir si ses données peuvent être exploitées dans un annuaire. J'ai donc regardé le contenu de la base OpenStreetMap de France métropolitaine afin de savoir si des données pourraient servir à un annuaire.

Tout d'abord une mauvaise nouvelle, la base OSM ne contient quasiment pas d'adresses exactes :

  • Seulement 1887 champs address, une grande proportion concernant des stations services.
  • Le champ place_numbers est lui quasiment jamais utilisé (seulement 17 fois).
  • Idem pour le champ place_names, qui apparaît 100 fois
  • Quant aux codes postaux (19899 champs postal_code) et aux codes INSEE (16569 champs code_INSEE), ils apparaissent beaucoup plus souvent, mais ils sont attachés à des communes et non à des points d'intérêt (POI).

Pas d'adresse donc pour les POI ou du moins pas d'adresse exacte, car il doit être possible de retrouver le nom de la rue la plus proche du POI, ainsi que le code postal et le nom de la commune englobante, pour reconstituer une adresse bien souvent correcte (mais à laquelle il manque le numéro de rue).

Par contre, les POI ne manquent pas et ils sont parfaitement géolocalisés, contrairement aux annuaires où les organismes sont souvent seulement géocodés :

  • 505 Parking à vélos
  • 471 Location de vélos (seulement les grands réseaux de type Vélib')
  • 225 Gare routière
  • 1233 Gare ferroviaire
  • 323 Arrêt de tramway
  • 86 Aéroport
  • 234 Café
  • 431 Pub, bar, bistrot
  • 167 Cinéma
  • 145 Théâtre
  • 1986 École, Collège, Lycée
  • 161 Etablissement d'enseignement supérieur
  • 255 Université, campus universitaire
  • 58 Palais de justice
  • 67 Source d'eau potable, par exemple pour la plaisance ou le camping-car
  • 1069 Restaurant (pas un fast-food)
  • 268 Restauration rapide
  • 128 Caserne de pompiers
  • 200 Fontaine
  • 2665 Station essence
  • 508 Hôpital
  • 155 Bibliothèque
  • 6868 Parking
  • 604 Pharmacie
  • 1962 Édifice religieux (église, mosquée, temple, synagogue, etc.)
  • 248 Poste de police, gendarmerie
  • 1230 Boîte aux lettres
  • 682 Bureau de poste
  • 95 Centre des arts, centre culturel
  • 170 Distributeur automatique de billets
  • 538 Banque
  • 57 Prison
  • 646 Mairie
  • 438 Bâtiment public
  • 1140 Point de collecte pour le recyclage (bouteilles, papier, etc)
  • 686 Téléphone
  • 326 Toilettes publiques
  • 1107 Supermarché
  • 246 Attraction touristique
  • 926 Camping
  • 572 Hôtel
  • 127 Office de tourisme, Point information
  • 213 Musée
  • 16 Parc d'attraction
  • 147 Point de vue
  • 208 Château
  • 116 Mémorial
  • 179 Monument commémoratif
  • 108 Ruines
  • 142 Athlétisme
  • 107 Basketball
  • 60 Escalade (Élément naturel ou mur d'escalade)
  • 820 Football
  • 55 Golf
  • 50 Gymnase
  • 19 Course à cheval
  • 164 Multisports
  • 86 Rugby
  • 251 Natation
  • 833 Tennis

Certes ces POI sont recensés de manière encore lacunaire avec de fortes disparités locales, mais l'ensemble est loin d'être ridicule pour un projet qui n'a encore cartographié qu'une partie de la France.

À la lumière de tous ces résultaits, il semble donc bien que la base OpenStreetMap pourraît être un bon point de départ pour un annuaire libre.

L'idéal serait de coupler ses données avec celles de la Base d'orientation Service-Public Local (BOSPL), car elles paraissent très complémentaires. : les données OSM pourraient enrichir la base BOSPL et réciproquement.. Mais pour cela il faudrait que la BOSPL soit diffusée sous une licence compatible avec la licence d'OSM Creative Commons "Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.0"...

Si ce n'est pas le cas, la constitution d'un annuaire libre pourrait se faire en palliant provisoirement l'absence des organismes publics de la BOSPL en utilisant le meta-annuaire Metanol, comme le suggère Yann Charlou.